Hack10 juin 2014

Par franchoi | Suggestions des internautes


  • De quoi s’agit-il ?

Le hacking n’est plus seulement limité au domaine informatique car on le trouve désormais dans le vocabulaire du… design ! Il y fait référence à la méthode très en vogue qui consiste à prendre un produit (modulable ou autre) et à « détourner » l’objet pour en faire tout autre chose. (Un bureau en étagère par exemple.)

Ces derniers temps, hack a encore évolué et est devenu en anglais un mot passe-partout pour désigner toutes sortes de trucs et astuces (voir life hacks, kitchen hacks, parenting hacks…)

     
     
  • Des pistes pour se renseigner

- http://www.designboom.com/contemporary/product_hacking.html

- http://www.pinterest.com/youareglowing/tips-and-life-hacks/

- http://www.youtube.com/watch?v=CL78eVVW9_M

     
     
  • Propositions

Détournement / T.A. (trucs & astuces)

     
     
VN:F [1.9.7_1111]
Évaluation : 1.0/10
Hack, 1.0 out of 10 based on 1 rating


9 commentaires à “Hack”



  1. rafik dit :
    8 novembre 2014 à 16 h 59 min

    J’ai tendance a être d’accord avec DDZ.

    Parce que hacker c’est :
    – bidouiller de manière éclairée
    – « rustiner » un problème
    – concevoir et développer avec ingéniosité
    – détourner
    – dégrader

    Si on doit réduire à un terme, je dirais qu’un hack c’est un amendement. En effet « hacker » c’est modifier une entité / un système existant avec pour effet de l’améliorer ou de l’altérer. Le résultat est bien sur dépendant de la qualité de l’amendement incorporé à l’entité que le « hackeur » veut faire muter.

    Je signale également qu’il existe de nombreux termes anglais pour décrire ce genre d’activité :
    – hack
    – trick
    – fix
    – patch

    VN:F [1.9.7_1111]
    Note : +1
  2. florentis dit :
    30 octobre 2014 à 14 h 53 min

    Une hache, c’est un outil pour fendre.
    On a l’expression en français « se fendre le cul en 4″ qui prend le sens de « se donner beaucoup de mal ». voir http://www.cnrtl.fr/lexicographie/fendre A.2.β

    Un hacheur se donne beaucoup de mal à produire son hachage.

    Derrière le mot « hack », il y a certaines analogies qui amènent à lui donner un sens particulier selon le contexte. Ces analogies sont révélatrice d’une mentalité dans les pays anglophones. Un mot prend ainsi diverses significations selon les domaines à cause du contexte culturel.

    Il serait donc illusoire de vouloir traduire tous les sens que peut prendre un mot dans une langue, qui participe d’un certain contexte culturel, par un seul mot dans une autre langue, qui participe d’un autre contexte culturel… Dans ce cas, autant reprendre le mot d’origine et ne pas le traduire…

    De fait, il n’y a jamais dans un dictionnaire bilingue une équivalence parfaite entre les mots : la traduction varie selon le contexte.

    VN:F [1.9.7_1111]
    Note : 0
    • DDZ dit :
      4 novembre 2014 à 11 h 22 min

      Que ce soit pour « design », pour « hack »… on ne traduit pas un mot mais une idée. Peut-être signifie-t-elle telle ou telle chose dans une langue (les exemples que vous avez fournis l’illustrent bien) mais qu’évoque cette idée dans le contexte dans lequel on se trouve, en français dans langue dans laquelle on la traduit ? C’est cela le plus important.

      « Design » : mot ectoplasmique étranger à la graphie et à la prononciation françaises.
      1) stylique (terme officiel), stylisme, fonctionnalisme. Conception décorative appliquée aux objets.
      2) Conception, esthétique industrielle, décoration, graphisme.
      Source: le petit dico franglais-français d’Alfred GILDER.
      Mais dans quel sens les gens l’emploient-ils à tort la plupart du temps ? Quand ils parlent du « designer », évoquent-ils le styliste, le dessinateur, le graphiste, le décorateur, le concepteur, l’architecte, le scénographe, le modéliste, le modiste, le grand couturier ?
      Quand on emploie un anglicisme en français, il est dépourvu de son contexte initial, d’où sa signification imprécise en français parfois.

      Hacker en anglais de l’informatique, comme je l’ai déjà écrit, est soit le bidouilleur, soit le fouineur. Le premier est par exemple utilisateur du système GNU/Linux et aime bien comprendre par lui-même comment cela fonctionne en n’hésitant pas à mettre la main dans le cambouis. Le deuxième met son nez là où il ne faut pas.
      Pour moi, la traduction est simple : dans le premier cas c’est un bidouilleur, dans le deuxième un fouineur. Finalement, qu’il se donne beaucoup de mal ou pas, quelle importance ?

      « Dans ce cas, autant reprendre le mot d’origine et ne pas le traduire… »
      Non ! On utilise un terme français suivant l’idée qu’on veut transmettre et le contexte dans lequel on se trouve. L’emprunt n’est utile que lorsque le français n’a pas d’équivalent tout prêt ni les moyens d’en fabriquer un qui soit commode, quand il répond à un besoin, et quand son sens est tout à fait clair.

      VN:F [1.9.7_1111]
      Note : +1
    • florentis dit :
      13 novembre 2014 à 11 h 39 min

      Le hacker, en informatique, c’est celui qui ouvre une faille, puis qui s’y glisse pour faire son ouvrage. Faille est le déverbal de faillir. Faillir vient du latin fallere. Fallere signifie glisser, tromper, manquer. On se glisse dans une faille étroite.
      .
      Le Hacker est un enfailleur. Le hacking est de l’enfaillage. L’enfailleur s’enfaille dans la faille, tel est son enfaillage (qui lui permet de parvenir à son but).
      .
      Le participe passé adjectivé du latin fallere est falsus (qui a donné faux en français ou false en anglais). Celui qui a fait glisser l’usage d’un objet vers un autre usage, celui-ci a falsifié l’usage de l’objet. C’est un genre de fausse facture.

      VN:F [1.9.7_1111]
      Note : 0
  3. yucerre dit :
    24 juillet 2014 à 20 h 03 min

    Le verbe « hack », en anglais, signifie en priorité, « massacrer à coups de hache », le substantif va de l’entaille ou coup au bien
    connu, piratage électronique. Cette notion de détournement, tel
    de votre exemple, en dessigne (design, doit rester anglais), est
    bien surprenante. Si elle tend vraiment à s’implanter, loin de son
    sens premier, alors optons pour le néologisme, issu de la mère Gigogne, d’où sortent des tas d’enfants de sa robe (datant de 1659, mais 1602 au théâtre) :
    « gigognerie » n. f.

    VN:F [1.9.7_1111]
    Note : 0
    • florentis dit :
      30 octobre 2014 à 15 h 24 min

      Le « design », c’est un dessin … avec un dessein. C’est un bon exemple de mot issu du latin dont la signification a évolué diversement tant sur les deux rives de la manche (dessin en France / desgin en Angleterre), mais aussi sur les côtes de la méditerranée (dessein a été repris de l’italien).

      on a le parcours suivant :
      latin : designo -> vieux français : desseing -> Français : dessin
      latin : designo -> Italien : disegnare -> Français : dessein
      latin : designo -> Anglais : design

      L’analogie entre dessin et dessein est de projection (sur un plan ou dans le futur).

      C’est donc une nouvelle version d’un mot que l’on a déjà, sous deux formes qui plus est, d’où la difficulté…

      – Soit on étend le sens de dessin, pour lui donner le sens de « conception », « concept ».
      – Soit on reprend le mot tel quel, en le francisant du point de vue de l’orthographe : design = disaïene
      – Soit on prend design = conception et designer = concepteur.

      VN:F [1.9.7_1111]
      Note : 0
  4. DDZ dit :
    12 juin 2014 à 13 h 27 min

    Le danger des termes passe-partout (ou fourre-tout) est qu’à un moment donné, ça ne passe nul part c’est-à-dire qu’on ne sait ni ne comprend ce qu’on dit. Hacker en anglais de l’informatique est soit le bidouilleur, soit le fouineur. Le premier est par exemple utilisateur du système GNU/Linux et aime bien comprendre par lui-même comment cela fonctionne en n’hésitant pas à mettre la main dans le cambouis. Le deuxième met son nez là où il ne faut pas. D’où l’intérêt de parler français et mettre les anglicismes à la poubelle : on est plus précis, nuancé, varié.

    Pour ce qui est de la « stylique » (« stylisme » + « fonctionnalisme » et qui évite encore un anglicisme fourre-tout), il me semble qu’on parlait il n’y a pas si longtemps de « recycler » un objet pour un tout autre usage. En effet, « détournement » me fait penser instinctivement à une utilisation illégale (en tout cas, pas claire).

    Enfin, concernant le dernier point, pour moi ce sont des « astuces » (astuces de grand-mères pour la cuisine, le ménage, ETC).

    VN:F [1.9.7_1111]
    Note : +1
    • DDZ dit :
      12 juin 2014 à 13 h 29 min

      Oups… Je corrige : nulle part.

      VN:F [1.9.7_1111]
      Note : 0
    • franchoi dit :
      13 juin 2014 à 11 h 19 min

      Le problème du terme « recycler » c’est qu’il sous-entend que l’objet a déjà servi, ce qui n’est pas toujours le cas puisque le hack concerne également les produits neufs.

      J’en profite pour rajouter un lien:
      http://www.ikeahackers.net/

      VN:F [1.9.7_1111]
      Note : 0

  5.  

Laissez un commentaire à


Vous devez vous authentifier ou vous inscrire pour publier un commentaire.


Les termes les plus utilisés

Geek (44,32.727272727273)
réseaux sociaux (37,27.954545454545)
grande distribution (34,25.909090909091)
communication (32,24.545454545455)
couchsurfing (31,23.863636363636)
thriller (27,21.136363636364)
noob (26,20.454545454545)
Happy Hour (25,19.772727272727)
page turner (25,19.772727272727)
binge drinking (23,18.409090909091)
Feedback (22,17.727272727273)
garden party (22,17.727272727273)
réseaux sociaux (21,17.045454545455)
gay-friendly (20,16.363636363636)
peanuts (20,16.363636363636)
skeleton (20,16.363636363636)
liker (18,15)
bibliothèques (18,15)
sibling (18,15)
cent (17,14.318181818182)
Slash (\backward slash /forward slash) (17,14.318181818182)
veganism (17,14.318181818182)
as soon as possible (ASAP) (16,13.636363636364)
blogueur (16,13.636363636364)
buzz (16,13.636363636364)
Drive (16,13.636363636364)
internet (16,13.636363636364)
eReader (15,12.954545454545)
root (15,12.954545454545)
crowdsourcing (14,12.272727272727)
greenwashing (14,12.272727272727)
Mug (14,12.272727272727)
netlinking (14,12.272727272727)
internet (14,12.272727272727)
Unmanned Aerial Vehicle (14,12.272727272727)
challenging (13,11.590909090909)
FLASHCODE (13,11.590909090909)
User centric (13,11.590909090909)
back office (12,10.909090909091)
mansplain - mansplaining (12,10.909090909091)
User generated content (12,10.909090909091)
baby-clash (11,10.227272727273)
informatique (11,10.227272727273)
Community Manager (11,10.227272727273)
COWORKING (11,10.227272727273)

WP-Cumulus nécessite Flash Player 9 ou supérieur.

Suggérez vos termes

Saisissez dans le champ ci-dessous le terme étranger que vous souhaitez proposer à la communauté

Commentaires récents

1 octobre 2017 mansplain – mansplaining
"Explication de mec" ou "ex...
1 octobre 2017 troll
"provocateur"
1 octobre 2017 data exhaust
"données résultantes"
1 octobre 2017 greenwashing
Eco-mensonge Eco-propagande
1 octobre 2017 Proposez un équivalent français à quantified self
"Auto" me semble abstrait e...

Dernières suggestions

20 octobre 2015
Mtfr


Kebabier

Commerçant(e) préparant et vendant des kebabs ...

20 octobre 2015
vaissellejetable


street food

La cuisine de rue est la mise en vente de plats, boissons ou aliments dans ...

14 octobre 2015
animateur


Trouvez un équivalent français à freakonomics

Vous aurez beau interroger internet sur le sens de freakonomics, aucune définition formelle ne s’y ...

24 septembre 2015
thomas


biohacking

Activité, souvent informelle ou d'amateur, qui exploite ou modifie la biologie d'un être vivant (y ...

17 septembre 2015
thomas


dislike

Fonction de réseaux sociaux qui permet à l'utilisateur d'afficher son déplaisir à l'égard d'une publication. ...

25 août 2015
thomas


smart data

Les smart data (par opposition aux big data) sont le résultat du raffinement de grosses ...

27 juillet 2015
Ray


data exhaust

les données générées par les internautes, un sous-produit de leur navigation et de leur comportement ...